jeudi 26 février 2009

Jésus chasse les marchands Jean 2:13-25 pour le dimanche 15 mars



Les vendeurs chassés du temple

13 La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem. 14Il trouva établis dans le temple les vendeurs de bœufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs. 15Il fit un fouet de cordes et les chassa tous hors du temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il dispersa la monnaie des changeurs, renversa les tables 16et dit aux vendeurs de pigeons : Ôtez cela d'ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. 17Ses disciples se souvinrent qu'il est écrit : Le zèle de ta maison me dévore.
18Les Juifs prirent la parole et lui dirent : Quel miracle nous montres-tu pour agir de la sorte ? 19Jésus leur répondit : Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. 20Les Juifs dirent : Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours, tu le relèveras ! 21Mais il parlait du temple de son corps. 22Quand il fut ressuscité d'entre les morts, ses disciples se souvinrent qu'il avait dit cela et crurent à l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite.
23Pendant que Jésus était à Jérusalem, à la fête de Pâque, plusieurs crurent en son nom, à la vue des miracles qu'il faisait, 24mais Jésus ne se fiait pas à eux, parce qu'il les connaissait tous, 25et parce qu'il n'avait pas besoin qu'on lui rende témoignage de quelqu'un ; il savait de lui-même ce qui était dans l'homme.








Insaisissable Jésus, On a beau s’approcher de toi, proclamer ton inaltérable amour, affirmer que tu es le Fils de Dieu et que tu parlais déjà par les prophètes. On a beau proclamer que tu es notre Sauveur, tu nous surprendras toujours et tu seras toujours insaisissable. Toi qu’on se plaît à classer parmi les doux rêveurs, voila que l’Evangile de Jean, le plus tendre des quatre te montre dans son deuxième chapitre les armes à la main et te décrit provoquant d’un geste iconoclaste les paisibles vendeurs qui faisaient religieusement leur travail en permettant grâce à leur commerce que le culte sacré se déroule normalement.

Les autres évangiles, Matthieu, Marc et Luc n’ont pas supporté que Jésus commence son ministère comme un exalté, pourfendeur de torts, ils ont relégué cette scène gênante à la fin de leur récit en l’incluant dans la liesse de l ’épisode des Rameaux et les violences des récits de la Passion.

Jésus sait que sa mission consiste à introduire dans l’esprit de ses contemporains une nouvelle manière de voir les choses. Il sait aussi que ce qui est nouveau est toujours provocant, même si cela vient de Dieu. Le simple fait de provoquer contient déjà en soi une certaine violence. Jésus ne se voile pas la face. Il sait que son attitude sera cause de malentendus et de violences. Il donne par son geste le ton de son Evangile, qui malgré sa douceur sera fait de violence contenue. Malgré tout, Jésus reste maître de lui. Il contrôle toujours la situation qu’il déclenche, et c’est en toute conscience qu’il déclenchera la violence contre lui au soir du vendredi saint, et qu’il sera lui-même cause de sa propre mort.

Mais pourquoi s’en prend-il au temple? Il parlait du Temple de son corps dira le commentateur, ce corps sera tellement violenté qu’il mourra disloqué. Mais ce n’est pas une raison pour s’en prendre ainsi au Haut Lieu de la piété juive même si l’Evangéliste établit un lien entre le Temple et son corps! On a pensé que Jésus voulait, par ce geste prophétique annoncer la destruction du temple quelques 40 ans plus tard, parce qu’il était un obstacle à la nouveauté que Jésus était venu apporter. Il est tout à fait vraisemblable que Jésus ait prophétisé la chute du temple, mais la chute du temple n’était sans doute pas nécessaire pour la suite des événements. l’Eglise n ’avait pas besoin de sa destruction pour s’épanouir et partir à la conquête du monde, elle était déjà bien agissante quand la chute du temple se produisit. Son enseignement avait atteint déjà les limites de l’empire au moment où l’événement se produisit.

Je me refuse à croire que Dieu aurait pu vouloir les horreurs de la guerre des juifs qui causèrent la destruction du Temple. Dieu n’a pas programmé et ne programme pas les atrocités dont les hommes sont les auteurs et dont ils se déculpabilisent en laissant croire aux générations suivantes que Dieu aurait quelque chose à voir dans les violences dont eux seuls sont responsables. Il y a des hypocrisies qu’il faut dénoncer avec force, pour ne pas laisser croire que Dieu pourrait donner du sens à toutes les bassesses et à toutes les vilenies humaines sous prétexte que sa gloire le réclamerait.

La gloire de Dieu se trouve ailleurs, c’est ce que nous essayerons de dire dans ce sermon. Même si Jésus pensait que le Temple viendrait à disparaître, et même s’il l’a dit, il n’a jamais revendiqué, même prophétiquement, les horreurs qui ont été faites à ce moment là. On pourra dire la même chose de toutes les horreurs dont on voudrait encore aujourd’hui que Dieu soit la caution.

Si Jésus s’en prend au Temple, c’est parce qu’il représente une réalité incontournable pour ses contemporains. Il est considéré comme le lieu où Dieu se fait le plus proche. C’est à cause de cela que nous sommes concernés, car nous cherchons toujours des moyens pour nous approcher de Dieu tout en évitant d’être trop près de lui. Le Temple permettait cela. Il était le lieu de la présence de Dieu, mais Dieu restait caché. Le rite du sacrifice qui permettait de l’approcher ne pouvait s’accomplir que par le ministère du prêtre. Ainsi on pouvait obtenir la purification de ses péchés par les sacrifices, tout en gardant ses distances par rapport à Dieu.

De tout temps les hommes ont vécu dans la crainte de tomber vivant dans les mains du Tout Puissant, c’est pourquoi, dans le Christianisme primitif, mais aussi dans le Christianisme contemporain se sont développés des pratiques qui permettaient de garder ses distances par rapport Dieu. C’est une des raisons d’être du culte des saints et du culte de la Vierge. Plus les cultes intermédiaires prennent de place dans la piété, plus Dieu devient lointain moins on le redoute.

Les Protestants qui se gaussent avec suffisance, et ce moquent de ces pratiques se protègent de la proximité de Dieu en se cachant derrière une culpabilité telle qu’elle maintient entre Dieu et l’homme une distance que le péché sans cesse pardonné rend rassurante. Bien qu’elle se présente d’une manière tout à fait opposée, la théologie du salut universel ou celle de la réincarnation, tant prisée aujourd’hui, sont autant de manières de limiter l’influence de Dieu et de le rendre plus lointain.

C’est sur ces considérations que nous rejoignons Jésus qui chasse à coups de balai tous ces intermédiaires qui ont pour tâche de réduire l’intensité de la présence de Dieu et d’adoucir sa proximité. Comme si Dieu avait besoin d’être adouci! Comme si Dieu était redoutable ! Comme si notre péché était tellement grand qu’il en deviendrait impardonnable et qu’il fallait craindre le jugement implacable de Dieu ! Jésus s’en prend donc violemment à tout ce qui pouvait faire barrage à l’amour et la miséricorde de Dieu. Dieu ne voulait plus, et il ne l’a jamais voulu d’ailleurs, que le sentiment de culpabilité des hommes soit une entrave à la bonne entente entre lui et nous. Dieu a d’autres problèmes à régler que ceux qui concernent les manquements à sa dignité ou à la transgression de sa loi. Dieu a le monde à gérer et il ne veut pas le faire sans nous.

La nouveauté que Jésus apporte, c’est que nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde que Dieu. Nous faisons des blocages dans nos comportements parce que nous considérons que nos imperfections sont des obstacles insurmontables pour une bonne collaboration avec Dieu. Or Jésus nous enseigne que ces imperfections, Dieu les connaît bien, puisque qu’il nous a créés ainsi. Ce qu’il cherche c’est à trouver des collaborateurs assez réceptifs pour entrer avec lui dans sa vision du monde. Dieu nous demande donc de ne pas nous encombrer de notre péché, car il s’en charge. Il nous demande, avant tout, de le rejoindre dans ses projets concernant le monde, car les choses du monde ne vont pas dans le sens où il le souhaite. C’est l’intérêt, la cupidité, l’égoïsme, l’avidité, les privilèges qui gèrent le monde. Et Jésus veut que ça change. C’est pourquoi, Jésus par son action inaugure le changement. Jésus supprime les distances et permet ainsi aux hommes que nous sommes d’entendre Dieu nous dire : « je t’aime et j’ai besoin de toi pour gérer ce monde ».

Mais bien entendu, c’est la gestion du monde qui nous inquiète car nous réalisons bien que le monde continue à sombrer dans une folie qui risque de le conduire à sa perte. Face à la science et la technique, les hommes réagissent plus par crainte que par raison. Et voilà que l’argent, qui est le nerf de la guerre sombre à son tour dans la folie. Personne ne sait plus équilibrer les finances du monde et les déséquilibres provoqués par l’argent deviennent intolérables. Notre société prend peur des étrangers qui habitent sur son sol bien que se soient eux qui lui apportent sa prospérité. Nul ne sait plus gérer le trop plein d’amour que Dieu a mis au cœur de l’humanité pour donner du sens aux choses, c’est pourquoi les actes, mêmes les plus généreux, sont perçus comme des actes de pure folie pratiqués par des êtres exceptionnels dont on admire l’élan prophétique mais qui ne font pas avancer les choses.






C’est à cause de ça, que Jésus s’est permis d’être violent, pour que nous cessions d’être violents envers les choses du monde. Il commence son ministère par une action ambiguë qui à mon avis est à sa place au début de l’Evangile, à cause de tout ce que nous avons dit. Par prudence, les autres évangiles l’ont mis à la fin pour qu’elle choque moins et soit amalgamée aux violences finales. Pourtant, la nouveauté de l’Evangile fait violence aux consciences et implique que nous quittions les lieux communs des traditions pour accepter sans crainte le face à face avec Dieu. C’est alors que toutes choses deviendront nouvelles

samedi 14 février 2009

Abraham écoute et ne comprend rien: Genèse 22/1-19 pour le dimanche 8 mars 2009



22 1 Après ces choses, Dieu mit Abraham à l'épreuve, et lui dit : Abraham ! Et il répondit : Me voici ! 2 Dieu dit : Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t'en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je te dirai. 3 Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux serviteurs et son fils Isaac. Il fendit du bois pour l'holocauste, et partit pour aller au lieu que Dieu lui avait dit. 4 Le troisième jour, Abraham, levant les yeux, vit le lieu de loin. 5 Et Abraham dit à ses serviteurs : Restez ici avec l'âne ; moi et le jeune homme, nous irons jusque-là pour adorer, et nous reviendrons auprès de vous. 6 Abraham prit le bois pour l'holocauste, le chargea sur son fils Isaac, et porta dans sa main le feu et le couteau. Et ils marchèrent tous deux ensemble. 7 Alors Isaac, parlant à Abraham, son père, dit : Mon père ! Et il répondit : Me voici, mon fils ! Isaac reprit : Voici le feu et le bois ; mais où est l'agneau pour l'holocauste ? 8 Abraham répondit : Mon fils, Dieu se pourvoira lui-même de l'agneau pour l'holocauste. Et ils marchèrent tous deux ensemble. 9 Lorsqu'ils furent arrivés au lieu que Dieu lui avait dit, Abraham y éleva un autel, et rangea le bois. Il lia son fils Isaac, et le mit sur l'autel, par-dessus le bois. 10 Puis Abraham étendit la main, et prit le couteau, pour égorger son fils. 11 Alors l'ange du Seigneur l'appela des cieux, et dit : Abraham ! Abraham ! Et il répondit : Me voici ! 12 L'ange dit : N'avance pas ta main sur l'enfant, et ne lui fais rien ; car je sais maintenant que tu crains Dieu, et que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton unique. 13 Abraham leva les yeux, et vit derrière lui un bélier retenu dans un buisson par les cornes ; et Abraham alla prendre le bélier, et l'offrit en holocauste à la place de son fils. 14 Abraham donna à ce lieu le nom de Jehova-Jiré. C'est pourquoi l'on dit aujourd'hui : À la montagne du Seigneur il sera pourvu. 15 L'ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham des cieux, 16 et dit : Je le jure par moi-même, parole du Seigneur ! parce que tu as fait cela, et que tu n'as pas refusé ton fils, ton unique, 17 je te bénirai et je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer ; et ta postérité possédera la porte de ses ennemis. 18 Toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, parce que tu as obéi à ma voix. 19 Abraham étant retourné vers ses serviteurs, ils se levèrent et s'en allèrent ensemble à Beer-Schéba ; car Abraham demeurait à Beer-Schéba.






Genèse 22/1-19 : la ligature d’Isaac ou le sacrifice d’Isaac

La vie nous paraît parfois bien mal faite, les choses ne se passent pas comme prévues, elles se retournent même contre nous et nous nous demandons quelles forces contraires nous baladent au gré de l’imprévisible. Le croyant en arrive même à se demander si Dieu ne l’a pas abandonné puisqu’il semble rester silencieux et impuissant en face d’un destin qui l’accable. Il se prend même à penser que c’est Dieu lui-même qui le met à l’épreuve. Il se répète alors intérieurement la demande du « Notre Père » qu’il récite dans toutes ses variantes : « Ne nous soumets pas à la tentation » ou encore, « ne nous laisse pas succomber dans l’épreuve ». Il répète intérieurement cette prière tout en se souvenant de l’épître de Jacques où il est affirmé que Dieu ne tente personne.

Malgré tout cela, ses questions restent sans réponse. Il pense alors à Job qui fut victime d’un pari entre Dieu et le Diable et il se demande s’il n’est pas le jouet du même sort. Il pense même que l’ange du Seigneur, chargé de veiller sur lui a relâché sa vigilance et que le démon en profite pour s’insinuer de manière sournoise dans les événements de sa vie. Nous nous sommes sentis inévitablement confrontés à de telles questions une fois ou l’autre dans notre vie.

Les questions que nous évoquons n’échappent à aucune religion. Elles essayent toutes d'y répondre avec plus ou moins de bonheur. Les trois grands courants du monothéisme se sont servis de cette aventure d’Abraham pour essayer de répondre à la question de savoir pourquoi nous avons parfois l’impression que Dieu nous fait subir une épreuve insurmontable.

Comment Abraham, l’ami de Dieu, a-t-il pu recevoir du Seigneur l’injonction de sacrifier son fils ?

Les différentes traditions ont retenu des réponses différentes. Les unes reconnaissent que Dieu a mis Abraham à l’épreuve parce qu’il était sûr de sa foi et que cette épreuve ne pouvait que le faire grandir et le rendre plus fort ! C’est psychologiquement vrai, l’épreuve surmontée a toujours un effet bénéfique sur celui qui s’en tire bien. S’appuyant sur cette interprétation des penseurs chrétiens ont reconnu dans cet épisode une annonce prophétique de la mort de Jésus que Dieu aurait prévue pour racheter les hommes. Mais n’y a-t-il pas quelque chose de pervers dans ce procédé ? C’est pourquoi nous ne pourrons le retenir, ni dans le cas d’Abraham, ni dans ce lui de Jésus.

La tradition des rabbins du Talmud me convient davantage pour ma part. Abraham n’aurait pas compris, selon eux, ce que Dieu lui demandait. « Fait monter ton Fils pour un sacrifice » traduisent-ils. Abraham aurait compris que Dieu lui demandait de faire monter son fils sur l’autel du sacrifice. Les rabbins rajoutent même, qu’il fallait ensuite qu’il le fasse redescendre. Donc selon eux, il ne s’agissait pas de le sacrifier, mais de le faire monter sur la montagne pour qu’il y fasse un sacrifice. Mais pourquoi Dieu attend-il 3 jours pour intervenir ? D’autres encore, plus subtiles jouent sur les traditions et sur les mots. Le texte fait usage de 2 mots différents pour désigner Dieu. Le Dieu qui fait la demande du sacrifice, c’est Elohim, la forme la plus ancienne du nom de Dieu. Celui qui sauve Isaac en tendant la main c’est Yawhé, la forme du nom de Dieu à laquelle nous sommes le plus habitués. Il s’agirait là de deux traditions différentes, artificiellement rapprochées par les rédacteurs bibliques. Mais cela ne nous dit pas comment l'auteur biblique a pu imaginer une telle demande de la part de Dieu. Comment trouver sa voie dans toutes ces explications ? Pourquoi Isaac reste-t-il passif tout au long de l’épreuve, d’autant plus qu’il n’est plus un enfant ?

Regardons le texte d’un peu plus près. Nous découvrons Abraham comme un homme solitaire qui ne comprend pas ce qui lui arrive. Il agit seul. Il fend le bois seul, il scelle l’âne seul et s’il est accompagné de deux serviteurs ceux-ci ne disent rien. Il n’en est pas moins seul. Il n’a rien dit à sa femme. Il n’a même rien dit à Isaac. Abraham ne sait-il pas qu’il ne faut pas rester seul quand on croit entendre Dieu demander l’impossible? Ne sait-il pas qu’il faut vérifier auprès des autres s’il s’agit bien de la voix de Dieu car c’est auprès des autres nous nous essayons d’abord de vérifier la justesse de ce que nous croyons entendre de Dieu.

Abraham n'est pas sensible à l’exégèse des rabbins qui diront dans le Talmud que faire monter ne signifie pas sacrifier. Abraham n’est pas capable de les entendre. Il se tait, lui qui est l’ami de Dieu et qui sait argumenter avec lui, comme dans l’affaire de Sodome. Il se tait curieusement et s’enferme dans la décision qu’il a prise et qu’il ne veut partager avec personne. Il croit qu’il connaît Dieu intuitivement et qu’il est le seul à savoir la volonté de Dieu. Il n’a besoin de personne pour y voir clair. Il se croit dans la lumière alors qu’il est aveuglé par la monstruosité de ce qu’il va entreprendre. C’est lui qui dans un égarement curieux projette ses sentiments sur Dieu alors qu'il croit que c'est le contraire qui se produit. Il se croit proche de Dieu alors qu’il en est très loin.

Tel est Abraham, tel sommes-nous quand notre logique nous amène à prendre des décisions absurdes et que nous refusons de prendre le temps de la réflexion.

Trois jours de marche silencieuse et le voilà en vue du mont Morija que Dieu lui avait indiqué comme lieu du sacrifice. Morija n’est pas seulement un nom de lieu, c’est le nom de la montagne où sera construit le Temple, plus tard. Ce lieu a une histoire que nous trouvons dans le Livre des Chroniques (1). C’est le lieu où David avait cru, beaucoup plus tard, discerner lui aussi la volonté de Dieu. Il s’était lourdement trompé(2). C’est le jour où, contre l’avis de tous, il décida du recensement d’Israël car Dieu ne voulait pas le recensement de son peuple. Certes dix siècles séparent les deux histoires, mais les écrits qui rapportent ces événements ont été rédigés à la même époque, ils sont les seuls à parler du mont Morija qui n'est mentionné qu'à ces deux occasions dans la Bible.

C’est ce nom de Morija qui va nous servir de clé pour percer cette énigme. David avait cru que le Seigneur verrait d’un bon œil le recensement des tribus d’Israël qu’il avait ordonné. Il n’avait pas écouté la parole de ses proches qui lui disaient que telle n’était pas la volonté de Dieu. David n’écoutant que lui-même s’était entêté. Le recensement eut bien lieu, Dieu se fâcha et décida d’un châtiment exemplaire.

C’est précisément sur cette montagne de Morija, sur l’ère d’Ornân que David vit la main de l’Eternel arrêter l’épée de l’ange exterminateur pour protéger Jérusalem vouée à la destruction en châtiment du péché de David.

Par deux fois, sur ce même lieu la main de Dieu était intervenue pour sauver Isaac d’une part, Jérusalem de l’autre, qui l’un et l’autre était en danger de mort du fait que deux des Pères fondateurs d'Israël, Abraham et David, s’étaient crus capables à eux tout seuls de décider de la volonté de Dieu.

Que dire maintenant ? Si non qu'il peut arriver qu'on se méprenne sur la volonté de Dieu, même quand on fait partie des fidèles parmi les fidèles. Ceux-ci peuvent eux aussi se fourvoyer et ne pas comprendre la volonté du Seigneur. En réalité, ni Abraham, ni David n’ont été tentés par Dieu. Mais l’un et l’autre ont cru que leur intimité avec le Seigneur leur donnait la clairvoyance qu’ils n’avaient pas.

Quand Dieu parle et charge quelqu’un de mission, cette parole est généralement confirmée d'une manière ou d’une autre. Ni sa propre science, ni sa foi, ni son orgueil ne sont suffisants pour décider tout seul de la vérité d’une intuition. Pourtant il est bien souvent gratifiant de penser que Dieu nous met à l’épreuve pour éprouver notre foi. Cela nous valorise de penser que Dieu nous estime capables d'affronter une épreuve. Ce serait comme un examen de passage à l'échelon supérieur.

Il est vrai aussi qu’au creuset de l’épreuve, nous avons l’impression d’être dans un labyrinthe dont nous ne trouvons pas la sortie. Regardons encore une fois Abraham qui subit l’épreuve. Enfermé sur lui-même par la pensée qui l’obsède, il avance solitaire. Il ne sait même plus parler à Dieu son ami, et quand il voit le mont Morija, la montagne de Dieu, ce n'est pas la libération de son tourment qu'il entrevoit, mais la mort de son fils. Malgré son obstination, son blocage, sa douleur, Dieu veille. L’épreuve en devient d’autant plus douloureuse qu'Abraham croit que le seul qui pourrait le soulager est responsable de sa situation.

Pourquoi ne lève-t-il pas les yeux ? Pourquoi ne voit-il pas le bélier qui est déjà là par le soin de Dieu, pris par les cornes ? Pourquoi se fait-il mal à lui-même ? Pourquoi ne cherche-t-il pas aide et secours auprès de Dieu son ami?

Face à tous ces pourquoi, je peux dire seulement que quand l’épreuve pèse lourdement sur nous, au lieu d’accuser Dieu qui n’en est pas l’auteur il nous faut inlassablement tenter de saisir sa main qui nous cherche et que dans notre désarroi nous avons du mal à trouver. C’est le sujet d'un d’un nouveau sermon, mais ce sera pour une autre fois.


(1) 2 Ch 3/1 - (2) 1 Ch 21

mercredi 11 février 2009

L'homme a-t-il créé Dieu? Genèse 9/8-17 dimanche 1 mars 2009

Genèse 9:8-17

9 8 Dieu dit alors à Noé et à ses fils : 9 « Je vous fais une promesse p , ainsi qu'à vos descendants 10 et à tout ce qui vit autour de vous : oiseaux, animaux domestiques ou sauvages, ceux qui sont sortis de l'arche et tous ceux qui vivront à l'avenir sur la terre. 11 Voici à quoi je m'engage : Jamais plus la grande inondation ne supprimera la vie sur terre ; il n'y aura plus de grande inondation pour ravager la terre. » 12 Et Dieu ajouta : « Voici le signe que je m'y engage envers vous et envers tout être vivant, aussi longtemps qu'il y aura des hommes : 13 Je place mon arc dans les nuages ; il sera un signe qui rappellera l'engagement que j'ai pris à l'égard de la terre. 14 Chaque fois que j'accumulerai des nuages au-dessus de la terre et que l'arc-en-ciel apparaîtra, 15 je penserai à l'engagement que j'ai pris envers vous et envers toutes les espèces d'animaux : il n'y aura jamais plus de grande inondation pour anéantir la vie. 16 Je verrai paraître l'arc-en-ciel, et je penserai à l'engagement éternel que j'ai pris à l'égard de toutes les espèces vivantes de la terre. » 17 Et Dieu le répéta à Noé : « L'arc-en-ciel est le signe de l'engagement que j'ai pris à l'égard de tous les êtres qui vivent sur la terre. »





L’Alliance de Dieu avec Noé

Genèse 9/ 8-17


La Bible nous dit que Dieu a fait l’homme à son image. Les philosophes qui critiquent la religion disent exactement le contraire, selon eux c’est l’homme qui aurait créé Dieu à la dimension de ses désirs. Bien que cette deuxième affirmation ne me gène pas personnellement, on va cependant s'apercevoir que beaucoup de choses ne collent pas avec l’image de Dieu telle que nous la donne la Bible. Nous allons plutôt découvrir que le Dieu des Ecritures n’est pas la somme des désirs que nous projetterions sur lui, au contraire, il est insaisissable et cependant tout proche, il est tout autre, et il est ailleurs que là où nous le plaçons.

A partir du récit de l’histoire de Noé, nous allons essayer de découvrir un des aspects que la Bible nous donne de Dieu. Nous découvrons qu'il est soucieux du drame qui vient de se produire. Le qualificatif de « soucieux » ne fait pas habituellement partie des attributs de Dieu ! Un tsunami vient de se produire et l’humanité tout entière a été menacée. Nous découvrons que dans ce drame, Dieu a joué double jeu. Il s’est mis en position contradictoire par rapport à lui-même. Il a provoqué la catastrophe et il est en même temps intervenu pour que le drame ne soit pas total.

Nous découvrons là l'aspect insaisissable de la personnalité de Dieu, il met lui-même en cause sa toute puissance en laissant ses sentiments de générosité prendre le dessus. Pourtant c'est sa propre colère qui est sensée être à l’origine du drame. Il s’est mis en colère quand il a réalisé que les hommes lui ont échappé et qu’il ne les contrôle plus. Est-ce d’ailleurs de la colère ou du dépit ? Il n’a pas supporté que leur liberté les pousse à se détourner de lui. Il faut bien dire que ces sentiments ne valorisent pas l’image que l’on se fait de Dieu.

Dieu est partagé par un double sentiment. Il veut sauvegarder sa toute puissance et en même temps donner droit à sa générosité. Il coupe la poire en deux, il décide de conserver le meilleur spécimen de l’espèce humaine pour essayer de tout recommencer. C’est un défi qu’il se pose à lui-même autant qu’à l’humanité. Il fait le pari que l’humanité n’est pas aussi déchue qu’il l’a constaté. Si c’est le cas, il est prêt à reconnaître qu’il se serait trompé. Si le défit est relevé l’humanité sera sauvée et la Seigneurie de Dieu sera préservée, mais au prix d'une énorme concession. Nous découvrons ici, un Dieu inquiet enclin aux concessions. Cela vaut le coup qu'on y réfléchisse. En effet le lecteur un peu critique pourrait être amené à ne plus faire confiance en un tel Dieu ! C'est pourtant sous cet aspect de faiblesse que nous allons découvrir sa vérité.

La suite du récit nous présente la mise en place de cette nouvelle situation, Dieu va établir de nouvelles règles pour permettre à l’humanité de s’accomplir. Chose étrange, il s’impose à lui-même des contraintes, car l’arc qui va s’allumer dans la nue n’a pas d’autre but que de l’avertir, lui Dieu que la situation qui se présente l’invite à la patience et non à la colère. L’arc devient un régulateur de l’humeur de Dieu.

Je m’émerveille de découvrir que ce texte éclaire comme un phare puissant tout le reste de l’Ecriture. C’est cet aspect de Dieu compatissant, lent à la colère, inquiet de voir l’homme se perdre et toujours soucieux d’inventer une nouvelle solution pour sauver l’homme qui domine. Dieu s’engage à garantir la liberté de l’homme, et en même temps il suscite des moyens opportuns que l’homme doit saisir pour s’en sortir, mais il reste libre de ne pas le faire. Dieu n’intervient donc pas dans les événements du monde. Il se laisse percevoir comme celui qui ayant donné les règles de vie aux hommes se donne pour tâche de les accompagner dans leurs projets et de les inspirer sans intervenir.

Si certains hommes s’interrogent sur le sens de leur destiné, qu’ils s’interrogent donc sur le comportement de Dieu tel qu’on le perçoit au travers de ce récit de Noé. A son contact, ils découvriront qu’ils ont sans doute une tâche à accomplir en tant qu’êtres humains, mais ils découvriront aussi qu'ils n’ont pas à empiéter sur le domaine du divin. La liberté de l’un cessant là où commence celle de l’autre. Et si l’humanité dépasse les limites, si les hommes décident de régenter le monde à leur guise, Dieu en sera contrarié, mais n’interviendra cependant pas. Le garde fou que représente l’arc dans le ciel est un frein que Dieu se donne à lui-même pour ne pas intervenir contre les hommes quand ils se prennent pour Dieu.

Les humains ne cesseront cependant de se prendre pour Dieu, à commencer par la suite de ce chapitre. Comment s’en sortir ? Nous avons ici comme un renversement des valeurs qui vont devenir la règle pour ce qui concerne Dieu. Il est tendresse et délicatesse, il n’hésite pas à se mettre personnellement en cause, il va se donner à lui-même les attributs qui caractérisent les humains, et il espère que c’est cette image de Dieu qu’ils reproduiront dans leurs actions. Las, nous savons que les hommes feront tout le contraire, ils chercheront à s’approprier l’image du Dieu tout- puissant et ils se croiront tout-puissants à leur tour, si bien que c’est cette image là qu’ils projetteront sur Dieu, et que c’est cette image là que Dieu contestera dans celle qu’il nous donne de lui en Jésus Christ.

Mais l’homme ne peut pas prendre la place de Dieu, c’est contraire à sa nature, et pourtant il croit pouvoir le faire. L’homme sait qu’il est limité et qu’il n’est pas Dieu, mais il lui arrive de devenir fou et de ne plus savoir qui il est vraiment. Cependant, si nous accordons une valeur à l’Ecriture c’est à dire ces textes que nous considérons comme la Parole de Dieu ils doivent devenir notre guide et nous aider à ne pas enfreindre les limites qui sont réservées à l’humanité.

Cela veut dire que nous leur conférons une autorité sur nous et nous reconnaissons en eux l’expression de la volonté de Dieu pour nous, quelle que soit l’histoire de ces textes et quelle que soit la manière dont ils sont parvenus jusqu’à nous, même s’ils appartiennent à une autre littérature que la littérature biblique. Ils représentent cependant une alliance de sagesse avec Dieu. En les lisant, nous les recevons comme une exhortation à rester dans notre rôle d’humain sans empiéter sur les fonctions de Dieu.

J'en reviens alors à ma remarque du début de mon propos. Il m'importe peu que ce soit Dieu qui ait créé l’homme ou le contraire, ce qui importe, c’est qu’en acceptant les textes fondateurs, nous acceptions en tant qu’humains, d’être guidés par des valeurs universelles qui nous dépassent quant à leur origine. C’est alors qu’en toute cohérence nous reconnaissons qu’elles ne peuvent avoir leur origine qu’en Dieu.

Que l’on tourne alors seulement une page de la Bible, que l’on se donne la peine de lire les lignes qui suivent le récit du déluge, et on découvrira que l’homme imbu de sa liberté s’empare de ce pouvoir qui le dépasse. A peine cette alliance de coopération et de sagesse est-elle conclue avec Dieu que l'homme la transgresse. Il se prend pour Dieu.



N'y arrivant pas Noé, le sage Noé, choisi entre tous pour préserver l’humanité transgresse toutes les règles et perd le contrôle de lui-même. Il donne dans tous les débordements possibles, l’abus d’alcool lui fait perdre la raison et il succombe à l’inceste (1)… tout est à recommencer. L’homme ne peut devenir libre sans être guidé.

Qui d’autre que Dieu pourrait le guider ? Dieu renonce à sa toute puissance qui faisait de lui un juge lointain, et il se convertit au rôle d’accompagnateur de l’humanité. C’est cette découverte que chacun doit faire pour devenir libre et responsable. L’histoire de Noé lui apprend qu’il ne peut y parvenir par lui-même. Il faut qu’il soit guidé par celui qui se tient tout, près de lui, et qui n’est pas lui.

En nous appuyant sur nos propres expériences nous constatons que nous ne savons pas vraiment nous situer, nous ne savons pas repérer les limites entre le bien et le mal, nous ne savons pas maîtriser les forces qui nous poussent à dépasser les limites du domaine propre à l’humanité. Ce constat ne peut se faire qu’en découvrant Dieu sous les traits que ce texte lui donne. Il n’est pas un être d’autorité qui domine et contraint mais une réalité de douceur et d’abnégation. Douceur vis à vis des autres et abnégation vis à vis de soi-même. Ces qualités se résument en un seul mot : celui d’amour. Homme et Dieu se trouvent désormais partenaires d’un même projet dont le seul instrument pour le mener à bien est le même pour l’un comme pour l’autre : c’est le verbe aimer. Pour y arriver, Dieu attend patiemment que les hommes le reconnaissent. Il ne force personne, mais avec douceur il attend.

C’est alors une nouvelle étape qui se prépare pour nous. Dieu nous apprend à conjuguer le verbe aimer à tous les temps et à tous les modes. Il nous apprend toutes les nuances du mot. Eros ou Agapè signifient tous les deux aimer de deux manières différentes mais qui excluent l’un et l’autre l’idée de dominer. Déjà à l’ombre de Noé et malgré sa terrible rechute, nous voyons se profiler entre nous et le divin la personne de Jésus que l’Evangile rend tellement vivant qu’il se met à vivre en nous. Il dépasse alors les limites du temps et de l’espace. Sa vie, ses paroles, sa mort et sa résurrection deviennent pour nous autant d’événements qui rendent Dieu présent. En sa compagnie nous nous sentons libres et responsables d'agir, si bien qu'aucune crainte, aucune angoisse, ne peut limiter notre espérance quand nous parcourons notre vie d'homme en sa compagnie.

------------
Il existe une concrétion rocheuse sur le petit mont Ararat en Turquie qui rappelle la forme d'un bâteau. Y a-t-il un rapport entre l'histoire biblique et cette forme rocheuse?

(1) La scène qui nous est racontée concerne le plus jeune de ses fils. Elle peut être en effet interprétée comme un comportement pervers de la sexualité… Mais la perversion engendre la perversion. On n’oubliera pas alors que ce récit est un des textes fondateurs de l’apartheid, la malédiction de Cham entraînant, selon la lecture fondamentaliste des théologiens de cette doctrine la malédiction des peuples noirs. Il y aurait longuement à méditer sur la manière d’utiliser les textes bibliques et d'en tordre le sens pour qu’ils justifient les thèses les plus contraires à l ‘amour divin.

jeudi 5 février 2009

La place de chacun dans l'Eglise Marc 2/1-12 pour le dimanche 22 février 2009

Marc 2:1-12

2 1 Quelques jours plus tard, Jésus revint à Capernaüm, et l'on apprit qu'il était à la maison l . 2 Une foule de gens s'assembla, si bien qu'il ne restait plus de place, pas même dehors devant la porte. Jésus leur donnait son enseignement. 3 Quelques hommes arrivèrent, lui amenant un paralysé porté par quatre d'entre eux. 4 Mais ils ne pouvaient pas le présenter à Jésus, à cause de la foule. Ils ouvrirent alors le toit m au-dessus de l'endroit où était Jésus ; par le trou qu'ils avaient fait, ils descendirent le paralysé étendu sur sa natte. 5 Quand Jésus vit la foi de ces hommes, il dit au paralysé : « Mon fils, tes péchés sont pardonnés. » 6 Quelques maîtres de la loi, qui étaient assis là, pensaient en eux-mêmes : 7 « Pourquoi cet homme parle-t-il ainsi ? Il fait insulte à Dieu ? Qui peut pardonner les péchés ? Dieu seul le peut n ! » 8 Jésus devina aussitôt ce qu'ils pensaient et leur dit : « Pourquoi avez-vous de telles pensées ? 9 Est-il plus facile de dire au paralysé : «Tes péchés sont pardonnés», ou de dire : «Lève-toi, prends ta natte et marche» ? 10 Mais je veux que vous le sachiez : le Fils de l'homme a le pouvoir sur la terre de pardonner les péchés. » Alors il adressa ces mots au paralysé : 11 « Je te le dis, lève-toi, prends ta natte, et rentre chez toi ! » 12 Aussitôt, tandis que tout le monde le regardait, l'homme se leva, prit sa natte et partit. Ils furent tous frappés d'étonnement ; ils louaient Dieu et disaient : « Nous n'avons jamais rien vu de pareil ! »







une maison palestinienne




Il n’est pas difficile de rejoindre par l’imagination cette foule tassée dans la maison qui tout à coup voit le toit s’ouvrir et un grabat descendre à l’aide de cordages d’entre les poutres que l’on a disjointes. Il est logique de penser que quand on ne peut pas entrer par la porte, on entre par le toit. Mais ce sont les voleurs qui agissent ainsi. Ici cependant, ce n’est pas le cas, même si ceux qui cherchent à s’approcher de Jésus utilisent une technique que la morale humaine réprouve. Pourtant ici personne ne semble être choqué, ni le maître, ni personne dans l’assistance. Ceux qui viennent ainsi de percer le toit voulaient s’approcher de Jésus au plus près, en espérant qu’il pourrait rendre la vie et la santé à celui d’entre eux qui était paralysé. Ces nouveaux venus n’étaient cependant pas les bien venus, sans quoi la foule se serait écartée pour les laisser passer.

Cette dernière remarque laisse entendre que les choses n’étaient pas aussi simples qu’elles le paraissaient au premier abord. Et réfléchissant un tant soit peu on va découvrir que cette scène, apparemment toute simple, n’a pas du se produire de la manière dont elle a été décrite. A quoi peut donc ressembler cette maison dans laquelle la foule se presse ? La maison palestinienne typique de l’époque est en général assez petite, elle contient une ou deux pièces où se serrent les membres de la famille pour dormir ainsi que le petit bétail. Elle est couverte d’un toit en terrasse qui sert de pièce supplémentaire. Une telle maison est trop petite pour que s’y rassemble une foule. On nous signale pourtant que les scribes avaient trouvé le moyen de s’y asseoir. Quand le toit a été éventré, personne ne semble avoir été incommodé par les gravas qui n’ont pas manqué de tomber sur le gens rassemblés. On n’a pas, non plus, entendu les protestations d’un éventuel propriétaire.

D’autre part, si Jésus parlait à l’intérieur de la maison, ceux qui étaient dehors ne pouvaient pas l’entendre. La logique voudrait qu’il se tint sur le seuil, pour que ceux du dedans et ceux du dehors puissent l’entendre, mais il n’en était rien. En effet, c’est à l’intérieur que l’on avait descendu le malade pour qu’il soit mis en présence de Jésus, c’est donc que Jésus se tenait à l’intérieur. Tous ces éléments mis bout à bout semblent indiquer que la scène ainsi décrite ne colle pas avec la réalité.

On peut certes se dire que l’auteur de l’Evangile, Marc en l’occurrence, ne connaissait rien à l’habitat de Galilée et qu’il a laissé aller son imagination. On peut aussi se risquer à imaginer que tout cela est une allégorie en vertu de laquelle, la maison serait une figure de l’église au centre de laquelle se tient Jésus entouré des divers cercles de fidèles engagés. A l’extérieur, sur le seuil, se tiendraient les sympathisants, et plus loin encore les curieux plus ou moins intéressés. Parmi eux se trouve le paralytique. On reconnaît dans cette description la structure habituelle de la communauté chrétienne qui est encore valable aujourd’hui. On remarquera qu’il est déjà difficile de passer d’un cercle dans l’autre. On notera alors que les scribes, dont seuls les pensées sont connues de Jésus sont assis en position de responsabilité. Ce ne sont plus les scribes de la synagogue du temps de Jésus, mais les docteurs de l’église, les responsables de la communauté.

Si Jésus agit avec une totale liberté, bien que les pensées des responsables le désavouent, il ne peut se mouvoir à l’intérieur de la communauté aussi facilement qu’il le voudrait, c’est pourquoi ceux qui portent le malade sont obligés de ruser pour obtenir une place qui leur est contestée par les cercles proches de Jésus.

Nous assistons ici à un conflit silencieux qui n’est pas raconté, mais qui est suggéré par le récit. Les proches de Jésus font barrage entre lui et les solliciteurs qui ne font pas partie du cercle des intimes. Ici est posé la question de l’accueil dans l’Eglise que l’on aura tant de mal à régler. Faut-il imposer une confession de foi aux nouveaux venus, faut-il un acte de repentance ou le signe du baptême ? Jésus quant à lui reconnaît une confession de foi dans leur attitude

Pourtant, en agissant comme il l’a fait, Jésus a fait éclater les limites que les hommes donnent habituellement à leurs communautés religieuses. Il a accepté que ces intrus puissent se tenir au cœur de la communauté, à l’endroit où il se tient lui-même. Ces gens qui arrivent d’en haut viennent dans l’Eglise comme s’il était envoyés par le saint Esprit.

Nous avons vu, par les paroles que prononce Jésus, qu’il considère que leur action tient lieu de confession de foi. Il la considère comme assez authentique pour donner suite à leur demande. Il introduit alors le malade dans la communauté en lui pardonnant ses péchés, au grand damne de ceux qui ont autorité, car ceux-ci ne semblent pas reconnaître dans l‘attitude des solliciteurs une démarche de foi suffisante pour recevoir le pardon des péchés.

Jésus voit dans ce qu’il appelle « leur foi » la même chose que ce que nous définissons comme telle. Pour eux la foi se confond avec l’espérance. Ils espèrent que l’infirme va se trouver mieux, du fait de la présence de Jésus. Pour Jésus cette attitude est suffisante, car elle contient l’essentiel de la foi, c’est à dire la certitude que la présence de Jésus est porteuse de vie. Tout ce que, par la suite, les hommes rajouteront ne sera que commentaire. Curieusement, les autorités de l’Eglise s’attachent plus aux commentaires qu’à l’espérance de vie.

L’espérance de ces gens révèle qu’ils mettent leur confiance dans le Dieu dont Jésus parle. Or, le péché réside justement dans le fait que l’on est séparé de Dieu. Dans la mesure où ils ont manifesté leur foi de la manière que l’on vient de dire, ils ne sont plus séparés de Dieu. Il n’y a donc plus de barrière entre Dieu et eux. Jésus peut donc exprimer cette réalité en déclarant que le malade est pardonné. Il va de soi que le signe d’une vie meilleure, c’est la guérison, donc acte.

Maintenant quelles conclusions allons nous tirer ? C’est ce qu’il y a sans doute de plus difficile à faire. Il est normal que l’Eglise établissent des règles de fonctionnement sans quoi elle serait vite dépassée et ne pourrait plus se gérer. Il est claire aussi que l’attitude de Jésus manifeste que l’église doit toujours se sentir concernée quand elle est interpellée par des questions qui concernent la vie des hommes, car tout ce qui concerne la vie, concerne Dieu.

Ce récit doit sans doute rappeler à ceux qui ont autorité dans l’Eglise qu’ils doivent l’exercer avec discernement pour que personne ne soit lésé dans sa vie à cause des raisons dogmatiques qui prendraient le pas sur les questions de vie. Il paraîtrait impossible de ne pas recevoir dans nos rangs ceux qui croient que c’est le Dieu de Jésus Christ qui les fait vivre. Je laisse à chacun le soin d’examiner en conscience les situations où sa propre église ne respecte pas cette règle qui donne priorité en tous points à ceux qui se réclament de la vie telle que Dieu l’offre en Jésus Christ.